Social Media 28 / 04 / 2018 4 minutes de lecture

Tu sens l’angoisse monter rien qu’à la promesse du titre ? Pourtant, je peux te garantir que chaque réseau social ressemble au moins à une personne de ton entourage. Démonstration.

Facebook, c’est ta tante dépassée

Celle que tu vois de temps en temps aux repas de famille, que tu trouves vraiment sympathique, mais qui a toujours « un train de retard ». Quand tu la croises entre le rôti et la tarte aux pommes, elle te parle de cette super vidéo du gars qui fait comme s’il était un jedi. Facebook, c’est cette tata qui t’envoie des chaînes dans tes DM, qui te demande de partager « si tu l’oses » une photo, qui te prévient trois fois par jour qu’il va falloir payer pour utiliser ses services, et qui surtout : partage toutes les blagues bien après tout le monde…

Tatie-Facebook, c’est celle qui sait tout sur tout le monde, connaît tous les potins, et n’hésite pas à prendre position contre les semaines avec trop de pluie.

Linkedin, ton cousin insupportable

Alors lui, il vient jamais aux réunions, sauf à celles super-importantes, uniquement quand il a le temps. Il profite de ses rares apparitions pour répéter à outrance combien il est occupé, combien il a dû se forcer à prendre des vacances, et que « ça lui fait du bien de se déconnecter ». D’ailleurs, il vient de l’annoncer à tout son réseau.

Son métier est incompréhensible, son jargon est abscons, et semble perdu dès qu’on parle d’autre chose que de levées de fonds. D’ailleurs, ce cousin ne met pas la table : il créer une maquette UX pour bruncher.

Twitter, l’autre cousin hyperactif

Il a 5 secondes d’attention, il passe son temps à se lever de table pour aller tantôt jouer, tantôt chercher un autre truc dans le frigo. Il interrompt tout le monde pour donner son opinion et il monte très vite en pression.

Lui, c’est celui qui va s’énerver contre le gouvernement à la tapenade, les étrangers à la salade verte, la pollution vers la purée, avant de te raconter une blague mêlant sexe et chat qui vomit aux alentours du fromage. Quand il se tait, c’est si surprenant que t’en ferais presque un #JeSuisPetitCousin…

Le papa Viadeo à qui on n’ose pas dire non

Ouais, ouais… Fût un temps il a eu de grandes idées, il a eu plein de projets, peut-être même un bon avenir. Mais c’est fini maintenant, papa, faudrait laisser la place. Il est retraité, dépassé, un jour il a essayé de monter sa boîte (ou deux), mais ça n’a pas marché.

Depuis, il est en retraite anticipée et regarde les jeunes loups (LinkedIn) d’un œil torve. Dans les réunions de famille, c’est celui qui va être peiné quand tu lui diras que tu n’es pas en CDI.

Instagram, la frangine pop-fun

Coquette, créative et pleine d’astuce, Instagram c’est celle qui n’est jamais là lors des repas. D’ailleurs, tu ne connais pas la couleur de ses yeux, chaque fois que t’essaies de croiser le regard, c’est la lentille de son appareil photo que tu mates. Parce que des photos, elle en prend… ! La nourriture, les vêtements, l’environnement, les animaux, les enfants, les fleurs, ce petit caillou en forme de cœur, et puis celui-ci en forme de… tout.

Après, elle met des filtres, et elle recommence. T’aimerais bien engager une conversation avec Instagram, mais ça marche moyen. En revanche, Tante Facebook et elle s’entendent super bien et échangent beaucoup.

L’ado de base : Snapchat

On ne l’entend pas. On ne le voit d’ailleurs pas. En général, il/elle est planqué sur le canapé, une capuche enfoncée sur la tête, nuque baissée vers son téléphone. Et clic la photo, clic la vidéo.

C’est parce qu’il/elle ne dit rien que Snapchat est le pire de ta famille : il enregistre tout, voit tout, sait tout, et se fout de la gueule de tout le monde avec ses copains. Parce que oui : Snapchat ne parle qu’à ses semblables. Et pas qu’un peu !

Discord, le pote qui passe boire un canon

Ils sont amis avec ta famille, de temps en temps ils passent rapidement. En groupe, partageant les mêmes centres d’intérêt (t’as vaguement entendu dire que ça oscillait entre les jeux vidéo et la révolution numérique), ils te déboulent en bande organisée pour mener leurs petites opérations.

Le tonton ringard, MySpace

Quand t’étais gosse, tu l’adulais. Il était tellement « branché » avec ses groupes de musique, ses aspirations. Tu voulais trop être comme lui. En grandissant, tu t’es rendu compte que t’en mourrais.

Il a quelques photos de ta période d’adolescence et les garde précieusement. Quelque part, planqué dans ses serveurs, il a même ce poème que t’as mis en chanson quand t’étais en Seconde. Parce que tu le sais, tu lui témoignes du respect, des fois qu’il te ressorte ça et te foute la honte.

Papi Copains d’Avant

La seule personne de ta famille à n’avoir aucune mémoire sauf pour le numéro exact du régiment de son collègue Claude Bertrand, avant qu’il n’aille jouer les barbouzes lors de l’opération tandem-tropical-désertique.

Papi Copain d’Avant a des photos en noir et blanc qui te font te dire que les gamins d’hier avaient autant l’air de détester l’école qu’aujourd’hui.

Google+, ce… Qu’est-ce qu’il fout là lui ?

Tu ne sais pas trop s’il est de ta famille ou non, il paraît pourtant que si. Sauf que quand tu demandes autour de toi, personne n’est capable de te dire à quelle branche il se rattache. Par contre, il est là de toutes les réunions, fringant et très aimable en plus ! Il veut bien aider à mettre la table, à la débarrasser… D’accord, il a tendance à prendre beaucoup de notes sur les autres convives, mais tu crois que c’est juste parce qu’il est bizarre.

Google + , c’est le gros nerd de ta famille qui, parce que tu lui as adressé la parole au moment de l’apéro (tu savais pas, personne t’avait prévenu), va te coller jusqu’à ce que tu partes comme si vous étiez les meilleurs amis du monde. Vers 17h, quand il sera politiquement correct de lever le camp, tu n’auras toujours pas compris s’il est un cousin, un neveu, ou juste un voisin stalker.

– Article par Camille Gillet

AngePozzo di Borgo
image
letter
Saisissez votre adresse e-mail et vous recevrez chaque nouvel article dans votre boîte mail. No Spam Inside.
image
pro
4 CYCLES DE FORMATION AU DIGITAL
pour les professionnels, sur Lille ou Paris